Sélectionner une page

Churchill à la retraite ?

24 Jan 2020 | Politique

https://michelclerc.com/wp-content/uploads/2020/01/Churchill-a-Chartwell.jpg
La Gazette de Lausanne, 18 juillet 1953.

Au seuil d’un été qui va peut-être changer le cours de l’histoire, Winston Churchill, la rage au cœur, est en pantoufles. Il a revêtu son pyjama d’intérieur bleu à fermeture éclair, le fameux siren suit, qui sera peut-être pour lui, après tant d’uniformes fabuleux, celui de la retraite. Personne pourtant, n’a encore osé prononcer devant lui ce mot qui appartient au vocabulaire des bureaucrates, mais que les hommes d’Etat rejettent du leur. Lord Moran, son médecin, lui a simplement dit : — Reposez-vous pendant un mois. Après nous verrons. C’est le mardi 24 juin que Churchill s’est senti mal. Il présidait, à Downing Street, dans la vieille salle à manger des Premiers ministres, le dîner qu’il donnait en l’honneur d’Alcide de Gasperi. La journée avait été chaude à tous égards. Le macadam de Whitehall était encore moite de soleil. M. de Gasperi, dans l’après-midi, avait fait à Churchill de véhéments reproches. Il lui avait dit, en substance : « Vous ne comprenez donc pas qu’en parlant d’une rencontre avec Moscou, non seulement vous ne faites pas avancer la paix, mais encore vous torpillez l’Europe. Vous faites le jeu des communistes, chez nous, en Allemagne, partout. » Churchill avait été profondément frappé par ce réquisitoire. Le dîner de Downing Street fut assez terne. On buvait beaucoup, mais on parlait peu. A la fin du repas, Churchill, cloué sur sa chaise, s’excusa : il ne pouvait pas se lever. Ce fut la première alerte. Le lendemain se tenait un important Conseil de cabinet au cours duquel les ministres de Sa Majesté devaient préparer en commun le programme de la rencontre des Bermudes. Le Conseil dura deux heures trente. L’après-midi, à la Chambre des communes, la place de Churchill était vide et ce fut lord Selwyn Lloyd, secrétaire d’Etat, qui fit l’exposé de politique étrangère. Le jeudi 26, la réunion de cabinet fut annulée. On annonçait que Winston Churchill était parti pour Chartwell à 12h30. Il avait « emporté » ses dossiers. Vingt-quatre heures plus tard, la nouvelle éclatait dans Londres : Winston Churchill n’irait pas aux Bermudes. Convoqués d’urgence, les journalistes anglais étaient si peu prévenus qu’ils s’attendaient à une nouvelle plus spectaculaire : « Sir Winston part pour Moscou.» Il ne partait que pour Chartwell. C’était encore plus sensationnel. C’était l’effacement de Winston Churchill au moment même où il venait de lancer sa grande offensive de paix.

NI MOSCOU NI LES BERMUDES

A tous ceux qui le connaissent, il paraissait invraisemblable que le vieux lutteur se résignât aussi facilement au repos en un moment comme celui-là. Churchill, pour la première fois, obéissait sans combat à lady Churchill et à lord Moran. Ce n’était pas dans son caractère. Le plus beau cuirassé de la marine anglaise, le « Vanguard », était déjà prêt, briqué, remis à neuf, pour le conduire à ce rendez-vous des Bermudes auquel il tenait personnellement, parce que, pour la première fois depuis la fin de la guerre, il allait parler avec Eisenhower d’égal à égal. Il allait tenir à l’Amérique le langage du Commonwealth. Il allait, en fait, mettre au point son voyage à Moscou. Or, Churchill a renoncé à la passerelle du cuirassé. Il s’est installé dans une chaise-longue. Il s’est plié aux conseils des médecins. Sa sagesse pose une énigme. Elle serait facile à résoudre s’il était « très malade ». Mais, de l’aveu même des bulletins officiels, il ne souffre d’aucune affection organique. Il arrive que, par instants, le coeur n’irrigue plus complètement les lobes du cerveau. Cette crise est passagère et elle est sans danger. Elle est le signe d’un surmenage intense. Elle peut troubler, l’espace d’une seconde, la lucidité du patient. Elle n’affecte pas son existence. Il faut donc admettre que la soudaine sagesse de Churchill est en même temps un accès de sagesse politique. Ce n’est pas une maladie diplomatique, mais c’est une maladie qui vient à point nommé pour sauver une Angleterre qui s’engageait avec peut-être trop de hardiesse et trop prématurément sur le chemin d’une rencontre avec les Russes. Au début, Churchill n’était pas mécontent de se retrouver à Chartwell en famille. Ce grand manoir de briques roses, qu’il a acheté il y a une trentaine d’années avec les droits d’auteur de son premier livre (The World Crisis), est à l’image de sa propre destinée : tout y est sorti de ses mains. Les parterres de fleurs, il les a semés, la piscine, il l’a cimentée lui-même avec l’aide de son fils Randolph. Les tableaux qui ornent le grand salon, il les a peints. Le bureau d’acajou sur lequel il travaille appartenait à son père. Sur la cheminée, il a disposé les bustes de ses héros : Nelson et Napoléon, le vainqueur et le vaincu. A la grosse poutre rustique qui soutient le plafond, il a fixé le drapeau qui précédait les premières troupes britanniques au moment du débarquement de 1943 en Italie. A Chartwell, Churchill est vraiment chez lui. Il met son nez dans les livres et les vieux manuscrits. Il rédige ses mémoires. Il joue, le soir, au gin-rummy avec lady Churchill. Il fait trembler ses jardiniers. Il va jusqu’à l’étang aux poissons rouges (goldfish pond) dont il a fait jadis un tableau primé par la Royal Academy.

Golfish pool, par Winston Churchill

« The Goldfish Pool » – Winston Churchill

Il se promène avec un gros bâton noueux comme un gentleman-farmer et lance une balle à son caniche noir, le grand favori de Chartwell, Rufus. Mais ce Churchill de vacances n’a pas vraiment effacé le Premier ministre. Chaque matin depuis quinze jours, il téléphone à Butler qui, en son absence, préside le Conseil des ministres. Son gendre, Christopher Soames, a porté quotidiennement à Downing Street ses ordres dactylographiés. Avant de partir pour Washington, le remplaçant d’Edenlord Salisbury, est venu recevoir ses instructions à Chartwell.

UNE SUCCESSION OUVERTE ?

— Vous m’entendez bien, lui avait dit Churchill, il n’y a rien de changé. Dites aux Américains que je veux toujours une conférence à quatre.

Mais il y a tout de même quelque chose de changé. La vie politique anglaise tout entière est agitée de remous étranges. On ne parle pas de retraite à Chartwell, mais à quarante kilomètres de là, dans les bureaux de Whitehall, le bruit se répand que Churchill annoncera sa démission en octobre, à Margate, devant le Congrès du Parti conservateur. Plusieurs journaux parlent ouvertement de sa succession. L’Economist s’étonne que lord Salisbury — qui représente l’extrême-droite du Parti conservateur — n’ait pas été nommé à titre définitif à la tête du Foreign Office. Le Liverpool Daily News accuse Churchill de faire preuve de népotisme en sacrifiant les intérêts permanents du pays à son amitié pour Eden. Le Daily Mirror, plus catégorique, se demande avec ses trois millions de lecteurs : « Combien de temps encore la Grande-Bretagne pourra-t-elle être défendue par les accès d’énergie d’un vieillard, par ses étincelles intermittentes et ses moments de lucidité ? » (NDLR : le « vieux lion », bien que diminué, s’accrochera encore au pouvoir pendant près de deux ans).

INDÉNIABLE MALAISE

Le malaise grandit de jour en jour. Churchill pourtant, après quinze jours de repos, semble aller beaucoup mieux. Mais là n’est pas la question. Le cas médical est dépassé. L’absence de Churchill a réveillé d’anciennes rancunes. La vieille garde tory lui reproche de n’être pas assez conservateur. Ses ministres — ceux qui ont dépassé la soixantaine — se souviennent des nuits blanches qu’il leur a fait passer, des coups de téléphone à l’aube, de l’autorité jalouse et tyrannique du grand homme. Les moins de cinquante ans aspirent à jouer un rôle de premier plan. L’étoile de Richard Butler monte. II ne s’agit plus de Churchill. Il ne s’agit même plus de savoir si, après Beria, on peut encore espérer un tête à tête avec Moscou. Il s’agit simplement de convaincre un homme de soixante dix-neuf ans — qui a vécu autant que s’il en avait deux cents — qu’il aurait peut-être intérêt, au crépuscule de sa vie, à se consacrer tout entier à la rédaction de ses Mémoires. Au modelage de sa propre statue. Car Winston Churchill approche de cet âge où, par un seul geste, par une seule maladresse, un grand homme risque de remettre en question tout un passé de gloire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
30 − 14 =


Share This